JEANNE II DE NAVARRE, mère de CHARLES II

 

 

 

Jeanne, l'héritière des Capétiens

Jeanne de France (1311-1349), devenue la reine Jeanne II de Navarre, était la fille du roi de France Louis X le Hutin (1289-1316), et de Marguerite de Bourgogne (1290-1315). Charles II de Navarre, dit "le Mauvais" était son fils aîné.

Jeanne, âgée de cinq ans, était la seule enfant de Louis X le Hutin à son décès le 5 juin 1316. Celui-ci laissait enceinte sa veuve, Clémence de Hongrie. Si elle accouchait d'un fils, il serait le futur roi de France. En attendant, son oncle Philippe, comte de Poitiers, se fit nommer régent des royaumes de France et de Navarre et prépara le cas où Clémence accoucherait d'une fille. 

Le traité du 17 juillet 1316 prévoyait que les deux filles hériteraient et se partageraient la Navarre et les comtés de Brie et de Champagne à condition d'abandonner leurs droits sur le royaume de France. Mais le traité prévoyait aussi leur refus, auquel cas elles conserveraient leurs droits sur le royaume de France. On est donc loin de la Loi Salique, exhumée en 1358 et souvent invoquée ici et là pour justifier de la spoliation de Jeanne. On est loin aussi des soupçons de bâtardise de Jeanne, invoqués par la suite et jusqu'à nos jours dans des romans à succès. Il est vrai que sa mère Marguerite de Bourgogne fut convaincue d'adultère (l'affaire des brus du Roi), mais ce fut en 1314, bien après la naissance de Jeanne.

Clémence de Hongrie accoucha le 15 novembre 1316 d'un fils, rapidement proclamé roi sous le nom de Jean Ier. Mais celui-ci décéda au bout de cinq jours. Jeanne aurait alors dû hériter du royaume de France mais le comte de Poitiers, Philippe, avait plus d'appuis politiques et se fit proclamer roi. Commença alors l'intermède des Rois Maudits.

 

Jeanne II de Navarre (1311-1349). Statue du XIVème siècle provenant de son gisant à l'église des Jacobins à Paris (aujourd'hui au musée du Louvre)

Jeanne II de Navarre. Gisant de la basilique de Saint-Denis.

La succession de Jeanne faisant l'objet de requêtes de la part d'Eudes de Bourgogne, qui soutenait les droits de Jeanne, un traité intervint le 27 mars 1317 avec le roi Philippe V, à l'issue duquel il fut décidé qu'elle épouserait Philippe d'Evreux. 

Le mariage eut lieu le 18 juin 1318. Philippe était âgé de douze ans et Jeanne de neuf. Leur premier enfant, une fille prénommée Jeanne, ne naîtrait que dix ans plus tard en 1328.

Jeanne devient la reine Jeanne II de Navarre

A la mort du roi de France et de Navarre Charles IV le Bel en 1328, le dernier des Rois Maudits, Jeanne ne put ceindre la couronne de France face aux Valois. Mais ceux-ci ne pouvaient prétendre au royaume de Navarre, n'étant pas descendants de Jeanne Ière, épouse de Philippe IV le Bel, par qui la couronne de Navarre était arrivée dans la famille royale française. L'assemblée de Vincennes conseilla au nouveau roi Philippe VI de Valois de restituer la Navarre à Jeanne. Les Cortes de Navarre la reconnurent également comme reine.

Le 20 juin 1328, Jeanne et Philippe d'Evreux accédèrent aux sollicitations des Cortes de Navarre. Ils furent couronnés reine et roi de Navarre le 5 mars 1329 dans la cathédrale de Pampelune. Ils devinrent les rois Jeanne II et Philippe III de Navarre. Jeanne était reine à part entière et Philippe III n'était roi consort que "de jure uxoris", de par son épouse.

Dernières spoliations par les rois de France

Jeanne et Philippe tentèrent à plusieurs reprises d'obtenir des compensations, les comtés de Brie et de Champagne leur étant dus. En 1336, ils obtinrent le comté d'Angoulême, qui ne leur fut jamais remis. Le 2 octobre 1349, Philippe VI de Valois fit accepter à Jeanne de renoncer à Angoulême en échange des villes de Pontoise, Beaumont-sur-Oise et Asnières-sur-Oise. En fait, Philippe VI profita de la maladie de Jeanne  sans doute atteinte de la peste  pour lui faire accepter ce qu'il voulait. Elle décéda quatre jours après, le 6 octobre 1349. 

Préparation des revendications de Charles II de Navarre, dit "le Mauvais"

Pour résumer, Jeanne II aurait dû hériter de la France et de la Navarre. En France, on ne lui accorda que les comtés de Brie et de Champagne qu'elle ne reçut jamais. On les lui échangea contre le comté d'Angoulême, qui lui-même lui fut échangé contre trois petites villes, Pontoise, Beaumont-sur-Oise et Asnières-sur-Oise, qu'elle ne reçut pas non plus, pas plus que son fils Charles II. Comment dès lors imaginer que ce dernier, devenu roi de Navarre à 17 ans, n'allait pas tout mettre en oeuvre pour obtenir réparation des spoliations dont il avait été le témoin impuissant ?



Retour à l'accueil



Version pour mobile

Copyright Bruno Ramirez de Palacios 2014-2017 - Tous droits réservés

Toute reproduction intégrale ou partielle des pages de ce site faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite (art. L.122-4 du Code de la Propriété Intellectuelle) et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants.