Les frères et soeurs de CHARLES II de NAVARRE, dit "Le Mauvais"

 

 

Philippe d'Evreux (1306-1343), devenu le roi Philippe III de Navarre, et Jeanne de France (1311-1349), devenue la reine Jeanne II de Navarre, mariés le 18 juin 1318, furent les parents de huit enfants:

JEANNE de NAVARRE "l'aînée", ainsi nommée pour la distinguer de sa soeur cadette (vers 1328-1387). Promise un temps à l'infant Pierre d'Aragon, puis devenue religieuse. Sans descendance.

MARIE de NAVARRE (1330-1347), épouse de Pierre IV d'Aragon dit le Cérémonieux, d'où quatre enfants.

CHARLES de NAVARRE (1332-1387), qui deviendra roi en 1349 et que l'on appellera Charles II de Navarre, dit le Mauvais.

BLANCHE de NAVARRE (1333-1398), un temps promise à l'héritier Jean de France (le futur Jean II le Bon), épouse le roi Philippe VI de Valois en janvier 1350. Veuve quelques mois plus tard, elle lui donnera une fille posthume, Blanche, restée sans descendance 

AGNES de NAVARRE (1334-1397), mariée en 1349 à Gaston Phébus, comte de Foix, auquel elle donnera un fils, Gaston et qui la répudiera quelques mois après en 1362.

PHILIPPE de NAVARRE (1336-1363), comte de Longueville, bras armé de son frère Charles en Normandie. Epouse en 1353 Yolande de Flandre, veuve d'Henri de Bar, sans descendance (le couple ne vécut pas ensemble après 1356). Il eut au moins deux enfants illégitimes, Robinette d'Ezy ou d'Aisy, née vers 1360, fille de Jeannette d'Ezy, et Lancelot.

JEANNE de NAVARRE "la jeune" (1339-1403), prénommée comme sa soeur déjà entrée au couvent. Après plusieurs tentatives de mariages avortées, elle épouse en 1386 Jean Ier, vicomte de Rohan, d'où descendance.

LOUIS de NAVARRE (1341-1376), comte de Beaumont-le-Roger, aussi nommé Louis de Beaumont. Epouse Jeanne d'Anjou, duchesse de Durazzo, mariage sans postérité. Par sa maîtresse Maria de Lizarazu, il fut le père de :

 

Retour à l'accueil


Version pour mobile

Copyright Bruno Ramirez de Palacios 2014-2017 - Tous droits réservés

Toute reproduction intégrale ou partielle des pages de ce site faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite (art. L.122-4 du Code de la Propriété Intellectuelle) et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants.