Philippe VI de Valois, roi de France de 1328 à 1350

Celui qui fut roi de France à la place des Navarrais

 

Philippe VI de Valois (1293-1350), 
roi de France de 1328 à 1350 
(Gisant à la Basilique Saint-Denis)

Une légitimité discutée

Philippe VI de Valois, (1293-1350) est le premier roi de la dynastie des Valois. La branche des Capétiens directs s'éteint en 1328 avec la mort du dernier fils de Philippe IV le Bel, Charles IV (roi de 1322 à 1328), qui avait succédé à ses frères Louis X (roi de 1314 à 1316) et Philippe V le Long (roi de 1316 à 1322). Jeanne de France, fille de Louis X le Hutin née en 1311, aurait en principe dû lui succéder, la Loi Salique n'étant alors pas appliquée en France, pas plus que dans les royaumes voisins. Mais Philippe VI de Valois, neveu de Philippe IV le Bel et fils du comte Charles de France, que l'on appellera le "roi trouvé", réussit à s'imposer en 1328.

Un règne indissociablement lié à la famille d'Evreux-Navarre

Il règnera dès lors au détriment de la famille d'Evreux-Navarre, Jeanne II (1311-1349), la fille de Louis X le Hutin, son mari Philippe III (roi de Navarre par mariage, et comte d'Evreux), puis Charles II de Navarre dit "le Mauvais", leur fils né en 1332. Ayant ceint la couronne de France à leur place, il leur contestera en outre de nombreux héritages, les comtés de Brie, de Champagne et d'Angoulême qui leur revenaient de droit. Il est bien possible que si Charles II de Navarre était né avant que Charles IV le Bel ne meure, la succession royale française aurait connu un avenir différent et plus en faveur de sa famille.

Charles II, encore jeune sous le règne de Philippe VI, n'eut pas pour autant de mauvais rapports avec ce roi, qui fut aussi son tuteur. La proximité entre les deux hommes s'accrut encore lorsque Philippe VI épousa Blanche de Navarre (1333-1398), soeur cadette de Charles II. La jeune femme devait en principe épouser le duc de Normandie le futur Jean II mais on dit que Philippe VI, lui-même veuf, fut subjugué par sa beauté. Il l'épousa en janvier 1350. On rapporte aussi que c'est d'épuisement amoureux à cause de sa jeune épouse qu'il décéda le 22 août 1350.

Mais le principal opposant à Philippe VI de Valois sera le puissant roi d'Angleterre Edouard III (1312-1377), fils d'Isabelle de France, la soeur des derniers rois capétiens.

Des batailles pour le meilleur et pour le pire

Philippe VI attendra la victoire de Cassel, le 23 août 1328, pour être vraiment reconnu. La suite sera moins glorieuse et c'est sous son règne que l'on place traditionnellement le début de la guerre de Cent Ans, en 1337. Edouard III d'Angleterre, duc de Guyenne mais lui-même roi, refuse de prêter hommage à Philippe VI, en principe son suzerain. Philippe VI confisque alors le duché et Edouard III répond militairement en envoyant ses armées en France. Après de nombreuses batailles indécises, les armées françaises sont écrasées à la bataille de Crécy, le 26 août 1346. Les Anglais y inaugurent une tactique basée sur l'utilisation massive d'archers bien entraînés, qui fera merveille pendant près d'un siècle.

La fin du règne de Philippe VI sera marquée par la Grande Peste de 1347-1348, qui tuera environ un tiers de la population européenne.

 

Retour à l'accueil

 

Copyright Bruno Ramirez de Palacios 2014-2017 - Tous droits réservés

Toute reproduction intégrale ou partielle des pages de ce site faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite (art. L.122-4 du Code de la Propriété Intellectuelle) et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants.