JEANNE III DE NAVARRE (1343-1373), épouse de CHARLES II et fille du roi de France Jean II

 

 

L'aînée des filles du roi de France Jean II "le Bon"

Jeanne de France, née le 24-6-1343 à Châteauneuf-sur-Loire (Loiret), est la première fille viable parmi les onze enfants du roi de France Jean II (1319-1364) et de sa première épouse Bonne de Luxembourg. Elle est la soeur cadette du futur roi Charles V (né en 1337), de Louis, duc d'Anjou (né en 1339), de Jean, duc de Berry (né en 1340) et de Philippe le Hardi, qui deviendra duc de Bourgogne (né en 1342). Elle a quatre soeurs décédées en bas âge et deux soeurs cadettes, Marie et Isabelle. On dit qu'elle était l'enfant préférée de Jean II.

Donnée en mariage pour calmer Charles II de Navarre, dit "le Mauvais".

A partir de 1351, le jeune et fougueux roi de Navarre Charles II, plus tard appelé "le Mauvais", commence à imprégner la cour de France de son aura et de son impétuosité, et à devenir revendicatif quant aux terres et aux dettes des rois de France vis-à-vis de ses parents et de lui-même. Pour calmer ses ardeurs, Jean II lui propose sa fille Jeanne en mariage. Ce n'est pas forcément une bonne affaire d'un point de vue financier, mais elle donnera politiquement une assise importante à Charles II face à la cour de France. L'affaire est rapidement négociée en janvier 1352. Le mariage a lieu le 12 février 1352 au château du Vivier-en-Brie (Seine-et-Marne). 

Les dettes du roi de France Jean II

Ce mariage n'éteindra en rien les revendications de Charles II. Le roi de France, déjà son débiteur, lui devait en plus une dot de 100000 écus plus 12000 livres en terres, qu'il ne pouvait payer. Le règlement de la dot allait empoisonner les relations entre Charles II et Jean II pendant de nombreuses années. De plus, la mariée n'avait que huit ans et demi à son mariage. Autant dire que Charles II devrait attendre avant d'avoir des enfants.

Jeanne III de Navarre (1343-1373)
Portrait moderne par Yperman (Collégiale de Mantes)

D'abord éloignée de Charles II...

Une fois le mariage célébré, la jeune mariée fut renvoyée dans sa famille, chez Jeanne de Boulogne, deuxième épouse de Jean II. Charles II repartit dans ses terres. Son épouse ne lui fut rendue que fin 1359 ! Il semble qu'elle eut du mal à se départir de son origine royale française, mais elle assura bientôt son devoir conjugal. Le premier enfant du couple, le futur Charles III "le Noble", naquit à Mantes le 22 juillet 1361. 

...elle devint bientôt son soutien

Rentrée en Navarre fin 1362, elle donna en tout huit enfants à Charles II. Jeanne III mena plusieurs missions en France pour Charles II. 

En 1365, elle se rendit à Paris pour intercéder auprès de son frère Charles V, alors que les compagnies françaises envahissaient l'Espagne pour déposer le roi Pierre Ier de Castille et s'approchaient dangereusement de la Navarre. Elle négocia également la cession définitive de Montpellier, qui se faisait dans la difficulté compte-tenu des réticences de son frère le duc d'Anjou. 

En mai 1369, se préparant à un déplacement en France, Charles II accorda les pleins pouvoirs à son épouse, avec pleins pouvoirs pour signer des traités et la promesse qu'il ne reviendrait pas dessus, beau gage de confiance du Roi envers la Reine.

Début 1373, elle fut à nouveau envoyée en mission en France, mais elle décéda malheureusement à Evreux le 3 novembre 1373, âgée de 30 ans seulement.

Une reine aimée, tombée dans l'oubli

Jeanne III de Navarre fut inhumée dans la basilique Saint-Denis auprès de son père Jean II. Mais son tombeau fut détruit à la Révolution et il ne reste plus rien de son monument funéraire. Il ne reste pas non plus de portrait fiable qui nous soit parvenu.


Retour à l'accueil


Version pour mobile

Copyright Bruno Ramirez de Palacios 2014-2017 - Tous droits réservés

Toute reproduction intégrale ou partielle des pages de ce site faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite (art. L.122-4 du Code de la Propriété Intellectuelle) et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants.