Les manoeuvres déloyales de Charles V à l'encontre de CHARLES II de Navarre

 

 

La France et la Navarre étaient en paix depuis le traité de Vernon (1371), aux termes duquel Charles V devait restituer Montpellier à Charles II – en compensation de Mantes, Meulan et Longueville – et le laisser jouir de ses possessions en Normandie, comté d'Evreux et Cotentin.

Mais Charles V ne l'entendit pas de cette oreille. Il fit obstacle par tous les moyens à l'installation des Navarrais à Montpellier, avec l'aide de son frère le duc d'Anjou, ancien propriétaire des lieux qui n'avait jamais digéré d'être obligé de les céder à Charles II. 

Plus gênant, Charles V entama une reconquête souterraine de la Normandie. Le Cotentin, possession de Charles II, était un gruyère où Français et Anglais avaient des droits. Le roi d'Angleterre possédait Saint-Sauveur-le-Vicomte, d'où il mettait à sac la région, et Charles V possédait Bricquebec et s'appuyait sur de puissantes familles locales comme les Paisnel. Les abbayes et prieurés qu'il possédait lui servirent pour étendre ses droits dans les communes voisines, puis ensuite à interdire la collecte des impôts par les officiers navarrais. A l'ouest du comté d'Evreux, c'est la petite vicomté tampon de Pont-Authou, créée en 1354 pour permettre un noyautage de la région, dans laquelle les officiers français se livrèrent à des travaux de sape administrative à l'encontre des officiers de Charles II.

Charles II tenta des recours diplomatiques à partir de décembre 1375, en envoyant ses enfants en Normandie pour réaffirmer sa présence, puis en adressant des doléances au roi de France. D'intenses discussions eurent lieu de juillet 1376 à juillet 1377. L'importance de ces négociations diplomatiques n'a été redécouverte que récemment par les historiens.

Mais le but de Charles V était de s'approprier les biens du roi de Navarre. Il resta sourds aux demandes des diplomates. La voie était ouverte pour la guerre de 1378. 



Retour à l'accueil



Version pour mobile

Copyright Bruno Ramirez de Palacios 2014-2017 - Tous droits réservés

Toute reproduction intégrale ou partielle des pages de ce site faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite (art. L.122-4 du Code de la Propriété Intellectuelle) et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants.